fbpx

août

ma 3

Pas d'événements

me 4

Pas d'événements

je 5

Pas d'événements

ve 6

Pas d'événements

sa 7

Pas d'événements

di 8

Pas d'événements

lu 9

Pas d'événements
lu
ma
me
je
ve
sa
di
26
27
28
29
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
1
2
3
4
5

De et par la possibilité éventuelle des devenirs envisageables

Un temps fort pensé comme une intégrale composée de toutes les performances prévues (et annulées) depuis octobre. Alors, rapidos, on rattrape le temps, on regroupe tout ça pendant une semaine, peut-être qu’on réussira à passer entre les gouttes.

Très cher futur,


Après avoir passé une année ici au Grütli, à tes cotés, à essayer de te comprendre, de te dessiner et de t’attraper, il semble que quelque chose entre nous se soit éteint. Durant des millénaires, les flammes de notre relation étaient comme un phare dans la nuit. Tel le fils prodigue, nous t’avons accueilli, revenu des morts pour sauver les vivants, pavé de bonnes intentions. Tu voulais être de toutes les fêtes, Futur, tu étais si joyeux, si optimiste, tu disais oui à tout, à la taille de cailloux, à la roue, aux locomotives à vapeur, à l’électricité, à la bombe nucléaire. Et puis, tu as pris de l’âge, monté une start-up. L’avenir appartient à celles et ceux qui se lèvent tôt, voilà ce que tu disais et nous, bonnes élèves, on a arrêté de dormir tout court, dosées par une cocaïne coupée à l’espoir du toujours plus et du toujours mieux. Tu as voulu grossir, devenir universel, te globaliser en répétant que libéralisme ça vient du mot liberté. La liberté de faire tout et n’importe quoi et surtout chacun.e pour soi. Quel exploit, tu as réussi à rendre le réel individuel, un démantèlement au profit du plus offrant. Tu es devenu dépressif, ne parlant que de fin prochaine, de cancer qui gangrène la vie en toi, la pollution, la surproduction, l’exploitation intensive des richesses, la misère. On attendait des anges exterminateurs, des tremblements de terres, une montée des eaux, le crash de la station Mir sur Paris, un truc à base de 666. Tour de passe-passe final, après nous avoir assommées d’images de fin du monde, tu as juste lâché un pangolin, ni vu ni connu et tu t’es fait la malle.

Disparu le futur, inconnu à cette adresse. Plus personne n’ose dire ton nom de peur de se faire rire au nez. Sur les murs est écrit « en raison de l’indifférence générale, demain est annulé. » (…) Ce soir, futur, c’est terminé, on te sacrifie sur l’autel des temps à venir, parce que si nous sommes fatiguées nous sommes encore habitées de mille feux.


Le futur est mort, vive le futur.


Dans notre époque hantée par les idéologies de fin du monde, 3615 Dakota, investit le Grütli pour décoder les mécanismes de la fabrique des fictions de nos jours à venir. De la science-fiction à la collapsologie en passant par la voyance et la prospective, une soirée pour transformer nos visions d’un futur catastrophique en alternatives et récits opérant pour préparer l’avenir à entrer en relations avec nous. Orienter notre avenir intime dans le ciel des mythologies de notre présent, un algorithme qui profile nos relations à l’avenir, jouer à faire survivre l’humanité jusqu’à l’an 3615, lire l’avenir dans les entrailles d’un SMS, mettre en scène sa propre cérémonie mortuaire, apprendre à devenir fantôme, devenir bombe végétale, implorer les divinités de la post- modernité et danser en attendant la fin du monde.

www.3615dakota.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *