fbpx

août

je 18

Pas d'événements

ve 19

Pas d'événements

sa 20

Pas d'événements

di 21

Pas d'événements

lu 22

Pas d'événements

ma 23

Pas d'événements

me 24

Pas d'événements
lu
ma
me
je
ve
sa
di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
28
1
2
3
4

Le Grütli – Centre de production et de diffusion des Arts vivants – C’est quoi ?

Depuis juillet 2018, date de notre entrée en fonction, nous avons renommé le Théâtre du Grütli. Pour nous, c’est limpide : centre de production et de diffusion des Arts vivants, ça veut bien dire ce que ça veut dire. Un lieu où l’on produit des spectacles, c’est-à-dire où ils sont manufacturés, pensés, élaborés mais pas que sur le plateau, bien en amont parfois. Parce qu’un spectacle a besoin d’une pré-production (trouver un partenaire, de l’argent, des créatrices, comédiennes, techniciennes,…), c’est à chaque fois mettre en branle tout un arsenal administratif (contrats, assurances, factures,…). Une fois que tout ça est fait, on arrive au plateau, on répète, on essaie, on recommence. Puis, enfin on joue, le plus souvent pendant 2 semaines, parce qu’un spectacle à peine né à encore besoin d’être rodé, on doit l’accompagner, on doit le ressentir. Ensuite, dans le meilleur des cas, il est « diffusé », c’est-à-dire qu’il va jouer ailleurs, dans d’autres théâtres et il vit sa vie, il suit son petit bonhomme de chemin.
Produire et diffuser, c’est ça que nous savons faire le mieux, pour l’avoir fait longtemps, avant. Donc, on l’a fait.
Le Grütli – CPDAV (drôle d’acronyme imprononçable), ce sont des spectacles de théâtre, de danse ou même de la performance qui ont mûri dans la tête et le coeur d’artistes d’ici, de ce coin de pays. Avec quelques incursions vers d’autres territoires, histoire d’aller voir ailleurs ce qui se passe. C’est parfois un doux mélange de diverses disciplines, car cet art se nourrit sans cesse des autres pratiques, et ceci depuis les temps immémoriaux de sa naissance. Nous aimons des spectacles d’aujourd’hui (ou contemporains, mais il paraît que c’est un vilain mot !), qui parlent de maintenant et d’ici, qui regardent notre monde avec ironie, humour, esprit critique, qui le malaxent, le triturent. Pour en ressortir peut-être un peu transformées, enthousiasmées ou ennuyées, épatées, mais jamais indifférentes. Tout ça, c’est le Vivant, les Arts vivants.

Nous faisons encore beaucoup d’autres choses au Grütli. Des artistes viennent y travailler dans les quatre espaces que nous pouvons mettre à leur disposition : la Salle du Bas, la Salle du Haut mais aussi le Gueuloir et La Terrasse. On dit de ces artistes qu’elles sont en résidence, comme on accueillerait quelqu’un chez soi pour un temps donné, pour que cette personne puisse se reposer, réfléchir, penser, cogiter quelque chose de nouveau, se ressourcer. Travailler en somme, car être artiste, c’est un travail constant, incessant qui a besoin d’accompagnement, de soutien, de regards complices, d’un endroit où se poser, partager un repas.

Cette maison, la Maison des Arts du Grütli, est aussi un lieu de passage, de fourmillement ; ça danse dans les couloirs et les studios, ça tapote sur les claviers dans la multitudes de bureaux, ça dessine, peint, sculpte dans les ateliers du 3e, on voit des films dans les salles dédiées au cinéma, on s’y restaure au café. On peut aussi venir s’y protéger d’une averse passagère ou la traverser en trombe pour passer rapidement de l’arrêt du tram 12 et sauter dans le tram 15.
Alors, les lundis, on ouvre le foyer de la Salle du Haut à qui a envie et besoin de venir pour travailler, poser des questions, démêler un problème, se réunir… C’est le Bureau des Compagnies ouvert à toutes les artistes (mais pas que) et là, il y a Marc, Donatien, Aurélie, Marilù, Anne-Claire, Lise, Joana, Tamara ou Vincent qui sont à disposition pour donner un coup de main, refiler un tuyau, partager des bons plans, expliquer comment se fait telle ou telle chose.

Sans oublier les moments collectifs comme les lectures, les tables rondes, les discussions; parce qu’un théâtre est un lieu de vie, un espace protégé où pouvoir rencontrer des personnes exceptionnelles pour des moments exceptionnels qui amplifient l’après-spectacle, le dynamisent ou le dynamitent.

Enfin, nous pourrions aussi parler des fêtes improvisées, de celles qui sont prévues de longues dates, des concerts déjantés, des soirées qui s’éternisent…

Bref, le Grütli, un lieu de créativité, un lieu de vie ouvert à toutes sans distinction ; un lieu à aimer et à vivre sans modération, parce qu’ici, c’est chez vous.

Bienvenues !

Barbara Giongo & Nataly Sugnaux Hernandez
Co-directrices