fbpx

janvier

je 20

Pas d'événements

ve 21

Pas d'événements

sa 22

Pas d'événements

di 23

Pas d'événements

ma 25

Pas d'événements
lu
ma
me
je
ve
sa
di
27
28
29
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
1
2
3
4
5
6

Les résidences du Grütli

Il nous semble très important de considérer le travail artistique sur le long terme et sur une continuité temporelle ; les artistes sont actives, elles construisent leurs propres projets, doivent pratiquer régulièrement, s’entraîner quotidiennement, déployer une pensée, chercher et essayer pour nourrir in fine ce que vous verrez sur scène et amener une qualité autre, faite de tranquillité d’esprit et de temps, surtout de temps. C’est donc un travail de tous les jours qui mérite d’être considéré à sa juste valeur et non pas comme un apport bénévole, faisant partie implicitement du travail de création. D’une manière ou d’une autre, ces moments de recherche et de conception doivent être financés, et c’est cela que nous mettons en place, modestement certes mais sûrement, au Grütli.

En principe, dans les arts de la scène, le temps de travail financé pour une création est, dans la plupart des cas, de 6 à 8 semaines, pour des journées qui dépassent très souvent les « règlementaires » 8 heures quotidiennes.
Tout se concentre sur le temps précédant les représentations ; et tout ce qui vient avant — le ferment, la base, l’émergence des idées — est ignoré, occulté, invisible. Et bénévole. Alors que penser, imaginer, dessiner, s’entraîner, concevoir, c’est un travail et tout travail mérite salaire.

En mettant sur pied ce programme de résidences, c’est bien de cela qu’il s’agit : de laisser du temps et des espaces, d’accompagner administrativement ou techniquement les créatrices, de les accueillir dans une maison agréable, pour qu’elle se sentent entourées et épaulées.
Elles peuvent résider ici ou ailleurs, sur un temps qui court entre 1 et 2 semaines, elles peuvent décider de partager le résultat ou pas, elles sont libres de faire et d’imaginer ce que bon leur semble.
Grâce à l’aide reçu du Fonds de transformation, nous pouvons participer financièrement à ces temps dits « improductifs », si tant est qu’ils le soient réellement ! Les artistes peuvent se salarier ainsi que quelques collaboratrices, elles sont logées et nourries si elles viennent d’ailleurs, elles peuvent donc profiter d’un espace physique et mental calme et d’une ambiance agréable pour laisser libre court à leurs envies et à leur imagination.

Ainsi, nous cohabitons dans ces murs chaque jour avec des artistes, certaines sont en cours de création, d’autre n’en sont qu’aux prémisses d’une pensée, certaines sont là pour écrire, peut-être danser ou pas, discuter. Les portes leurs sont grandes ouvertes, elles sont ici chez elles.

Par leurs présences et les idées qu’elles laissent trainer dans tous les coins et recoins de cette maison, elles contribuent à faire de ce lieu une fabrique à travail artistique, dans tous les espaces possibles et dans le meilleur environnement possible.

Welcome to the Grütli !