fbpx

août

ma 3

Pas d'événements

me 4

Pas d'événements

je 5

Pas d'événements

ve 6

Pas d'événements

sa 7

Pas d'événements

di 8

Pas d'événements

lu 9

Pas d'événements
lu
ma
me
je
ve
sa
di
26
27
28
29
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
1
2
3
4
5

Promesses de printemps

Les fileuses, la porte et le messager
et le Théâtre de l’Esquisse

Revenge et Phil Hayes (annulé)

Blanc d’Anna Lemonaki
et la Cie Bleu en Haut Bleu en Bas

L’Heure du Thé
de Carla Demierre (podcast)

De et par la possibilité éventuelle des devenirs envisageables –
Temps fort des 3615 Dakota

À eux seuls, ces titres, ces compagnies et ces noms-prénoms suffisent à dire tout ce que nous ALLONS ENFIN DÉCOUVRIR !

Mis bout à bout, ces titres racontent une histoire, une fiction bienvenue, un espace de rêve et de possibles que l’on n’attendait plus.

Première scène, dessinée par L’Esquisse et ses personnages extra-ordinaires qui dansent, légères, au plateau, tel une nuée d’oiseaux joyeux, pour dire l’exceptionnel du banal et du quotidien.

Coup de théâtre, le vengeur masqué de Phil Hayes n’apparaitra pas sur scène ; à la fois personnage élisabéthain et caractère à la Tarantino, il devait interroger l’absurdité du sentiment de vengeance provoqué en nous par une querelle ou une envie d’héroïsme. La vengeance n’est pas un plat qui se mange froid : refusant la loi du Talion pour devenir un vengeur sans vengeance, mais se soumettant à la loi Sanitaire, il ne franchira pas la Manche.

Acte deux : Anna Lemonaki entre en scène et interroge : est-ce que la mort est vraiment si tragique et irréversible ? La metteuse en scène grecque entretient un lien intime avec l’oeuvre et la vie de Níkos Kazantzákis. Elle construit un univers un brin baroque mais toujours philosophique dans lequel il est question de la séparation à travers le couple vie-mort.

Telle une parenthèse acoustique bienvenue dans ces questionnements vertigineux, Carla Demierre convoque comme à l’accoutumée une autrice, une écrivaine pour explorer les arcanes de l’écriture ; entre exploration des méthodes de recherche et usages multiples du langage comme art, elles se demandent comment un processus de création agit sur le réel, le monde et le temps.

Et c’est justement du temps dont il est question pour clore la dramaturgie foutraque de ce bout-à-bout bricolé. Le temps envisageable du futur pour être précise et question futur, ils en connaissent un rayon les 3615 Dakota ! Autant se fier à eux pour nous aider à entrevoir des pistes de possibles, pour écrire sur la page blanche de nos devenirs et s’amuser, intelligemment, collectivement. Car toutes ces notions qui, avec ce que nous vivons depuis plus d’une année, ont bien besoin d’être secouées par quelques rires bienvenus. Ça va nous faire un bien fou !

Et c’est ainsi, avec ce retournement de situation – une ouverture inespérée – que nous clôturons cette saison particulière faite de tous ces mois sans vous voir, de ces rencontres qui n’ont pas eu lieu, de ces plateaux à moitié vides, de ces formulaires irremplissables mais, enfin, d’un horizon qui s’ouvre.

Certes à 50,
Certes masquées,
Certes distancées,
Mais enfin rassemblées !

P. S. Nous venons d’apprendre la réouverture pour le 19 avril !
Impossible de changer toute la mise en page de ce journal, mais retrouvez toutes les infos nécessaires en dernière page et sur le site internet.
YOUPIE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *