fbpx

décembre

ve 2

Pas d'événements

sa 3

Pas d'événements

di 4

Pas d'événements

ma 6

Pas d'événements

me 7

Pas d'événements

je 8

Pas d'événements
lu
ma
me
je
ve
sa
di
lu
ma
me
je
ve
sa
di
29
30
1
2
3
4
6
7
8
9
15
16
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
1

Thando Mangcu

Le programme Artiste en résidence, de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, sélectionne chaque année des acteurs culturels en Suisse et dans le monde grâce à ses différentes antennes : Le Caire, Moscou, Johannesburg, New Delhi, Shanghai, Amérique du Sud et donne aux artistes l’occasion de découvrir un autre milieu culturel et d’établir de nouveaux réseaux.

Dans le cadre du programme Artiste en résidence de Pro Helvetia, Thando Mangcu, performeuse, metteuse en scène et dramaturge sud-africaine est au Grütli pour une résidence de 3 mois.

Née à New York, Thando Mangcu a grandi à Johannesburg, puis a étudié le théâtre et la performance à l’Université du Cap. Actuellement, elle est basée à Shelly Beach, sur la côte est de l’Afrique du Sud.
Au cours de sa formation, Thando s’est orientée vers la dramaturgie et a développé un regard global sur le théâtre : mettre en relation les textes classiques occidentaux et les autrices africaines et plus spécifiquement sud-africaines, réfléchir à la décolonisation dans les écrits, aux questions féministes.
À la fin de ses études, avec sept collègues et accompagnée par une mentor, elle co- écrit et co-interprète la pièce The Fall qui a fait une tournée mondiale pendant plus de deux ans entre 2016 et 2018 (Édimbourg, Londres, New York, Galway, Melbourne, Bordeaux et Washington D.C., en plus de nombreux théâtres en Afrique du Sud).

À plusieurs égards, ce projet théâtral est exceptionnel.

D’abord il a été l’objet d’une écriture collective, basée sur des témoignages et des improvisations. Inspirée du protest theatre qui fut un moyen d’expression très important pour les Sud-Africaines noires au temps de l’apartheid, cette approche permet d’associer la parole des personnes aux mouvements sociaux et de libération.
Ensuite, The Fall puise son énergie et ses revendications dans un mouvement de protestation estudiantin qui a marqué l’année 2015 en Afrique du Sud. Tout a commencé en mars 2015, lorsqu’un étudiant souille la statue de Cecil John Rhodes. Cette statue trône à l’entrée de l’Université du Cap et rend hommage à une figure du colonialisme britannique. Elle sera déboulonnée un mois plus tard.
C’était bien sûr une manière de remettre en cause un enseignement et un environnement encore pétri de racisme institutionnel, notamment via le montant des frais de scolarité des étudiantes non blanches. Plus de 30 ans après l’abolition de l’apartheid, les disparités sociales sur le campus sont encore criantes.
Le mouvement Rhodes must fall est alors devenu Fees must fall (les écolages doivent être supprimés) et a enflammé toute l’Afrique du Sud.
The Fall a eu un réel écho auprès du public mais aussi de la critique. Ce spectacle a été salué par de nombreux prix.

Forte de cette expérience, Thando ne veut pas en rester là. Elle continue à étudier, à élargir ses horizons. À Genève, elle est heureuse de s’immerger dans un nouvel espace culturel et linguistique. Et nous, nous sommes heureuses d’avoir croisé son chemin et de pouvoir l’accompagner dans cette nouvelle étape de son travail.