fbpx

décembre

ve 2

Pas d'événements

sa 3

Pas d'événements

di 4

Pas d'événements

ma 6

Pas d'événements

me 7

Pas d'événements

je 8

Pas d'événements
lu
ma
me
je
ve
sa
di
lu
ma
me
je
ve
sa
di
29
30
1
2
3
4
6
7
8
9
15
16
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
1

Elles au théâtre – un pas de côtés

Nous initions ici une chronique récurrente, une habitude, un rendez-vous : une intervention extérieure. Pour chaque numéro, nous invitons une personne proche du théâtre à écrire sur un sujet de son choix. Pour ce 12e numéro, nous avons le plaisir de lire Florence Heiniger, femme de culture genevoise et amie du Grütli.


Aller au théâtre, à la théâtre pendant la durée de ce texte, c’est monter ou descendre les escaliers du Grütli dans le sillon de ces femmes qui me font exister. Je m’assieds dans la salle, le noir tombe et s’ouvre la lu- mière de trois spectacles presque trois documentaires aux formes distinctes qui allument en moi les sens du sens de la vie.

D’abord dans Miss None, elles sont quatre en perruques blondes, quatre silhouettes à la Gena Rowland, exquises, sexuées, la cigarette voyageuse. Quatre comédiennes qui ne seront jamais Gena Rowlands, quatre actrices à l’affût d’un nom au générique de Coppola, Anderson, Scorsese, Cassavetes. Ces femmes, en quête de gloire, racontent un homme qui, à son tour, n’est qu’un figurant à la puissance mille se ruant dans tous les gestes, attitudes, cascades de cinéma. Son nom est sur tous les génériques mais fantôme de lui-même, homme blessé, il traverse la pellicule par procuration: 117 gestes de cinéma de 37 secondes maximum à son actif. Pire, il brûle son propre film aussitôt réalisé.

Apparaître / disparaître sont ainsi questionnés ; manger de la fiction et du réel, à profusion. Place au rêve hollywoodien, comme à la réalité la plus crue avec des femmes de passage terriblement attachantes.

Mais il me faut maintenant rebondir dans Reality, autre spectacle, où les gestes se multiplient et ce ne sont pas des gestes de cinéma. Ici, c’est une femme de Cracovie qui a décidé d’écrire tous les faits de son existence dans des cahiers seulement retrouvés à sa mort par sa propre fille. Les actions de sa vie sont ainsi méthodiquement listées: 38’196 coups de téléphone, 23’397 bonjour, 1’922 rendez-vous pris; 5’817 cadeaux offerts; 19 parties de dominos; 170’042 émissions de télévision regardées. Avec cette matière véridique, Daria et Antonio, comédienne et comédien, remuent la scène et nos ventres par le détail, reconstruisant, déconstruisant Janina Turek et sa vie, pour interroger sa réalité fragile de femme forte jusque dans la discrétion de sa mort. Une mort rejouée plusieurs fois, cabas à la main, chute dans la rue…

Légèreté, maladresse et humour dans une gravité flirtant le non-jeu. Car qui sait comment on meurt, en réalité ?

Après Hollywood et la Pologne, face à un grand écran aux images mouvantes de cités urbaines, mouettes, forêts, horizons gris et blancs, ma dernière escale- spectacle Nord est encore musicale et finlandaise. Elle m’emmène dans le grand Nord sur les traces d’une femme voyageuse. D’elle, on ne saura rien. Seules, ses rencontres avec une épicière, un forestier, une nivologue ou un éleveur de rennes la font avancer dans son approche d’un monde si différent de neige, de glace et de vent. Ces témoignages racontent son périple, le chemin d’une femme sans statut social mais qui, toujours et encore, avance vers la fascination du pôle. Jusqu’au point culminant d’une lumière boréale, dans laquelle elle pourrait disparaître.

Présentes et absentes, les femmes, fictives ou si réelles de ces trois spectacles, habitent ma mémoire et mon cœur, elles me font me sentir vivante au moment de la représentation, elles me font être, penser, vibrer sensiblement, poétiquement hors les murs du théâtre. Elles font danser les points de vue et repenser le monde. C’est ce sentiment de beauté et de force magiques, ce mouvement de sens résistant au temps, que j’ai eu envie de partager avec vous, grâce à elles.

Florence Heiniger

Miss None, Le Projet Léger – Un projet Bühler – Krüttli – Nidegger – Thébert, Cie Superprod, novembre 2021
Reality, Daria Deflorian et Antonio Tagliarini, mars 2022
Nord, Cosima Weiter et Alexandre Simon, Cie_avec & Ensemble Contrechamps, février 2022